7ieme FORUM GLOBAL DE MICROFINANCE ISLAMIQUE

7ieme FORUM GLOBAL DE MICRO FINANCE ISLAMIQUE – DU 24 et 25 novembre 2017 à Istanbul

Dans le cadre du programme du World Halal Summit 2017 – Istanbul, le 7ème Forum mondial de la Micro finance islamique a également eu lieu les 24 et 25 novembre 2017 à Istanbul.

Le Secrétaire général, M. Ihsan ÖVÜT, a participé à la séance inaugurale du forum en tant qu’invité d’honneur et a prononcé un discours d’ouverture. Pendant l’événement, les conférenciers d’au moins 30 pays dont le Cameroun ont présenté des exposés sur des sujets tels que «les défis de financement rencontrés par les institutions islamiques de micro finance», «le potentiel de la micro finance islamique», «Micro Takaful, Waqf et Zakat» »… etc.

A la suite de multiples experts invités comme conférenciers, le représentant du Cameroun, en sa qualité de Directeur Général du cabinet African Islamic Finance Consulting AIFC, a groupe d’exposant sur le potentiel de la finance islamique dans les
économies des pays en développement.

Son propos préliminaire avait visé à introduire la CEMAC dans son contexte géopolitique et stratégique, les efforts qui sont faits par les gouvernements et autres acteurs pour l’implémentation de la finance islamique dans ces pays. Compte tenu du caractère embryonnaire de l’évolution de la finance islamique dans cette partie du monde, il s’est appesanti sur le potentiel que représentent ces pays pour les potentiels investisseurs.

En effet, avec une population de 50 millions d’habitants, laquelle comporte au moins 17 millions de musulmans, le prétexte est vite trouvé pour les Etats, les entreprises et les populations, pour porter une attention particulière au développement de l’industrie halal dans cette partie de l’Afrique. La morosité économique ambiante et l’incapacité de l’industrie financière existante (classique) { apporter des solutions aux économies de ces pays renforcent d’avantage ce sentiment très fort que l’arrivée de l’industrie halal et de la micro finance islamique constituent une alternative très sérieuse { intégrer dans les politiques stratégiques des pays de la CEMAC d’une part, et un boulevard d’opportunités d’affaires pour les investisseurs d’autres parts.


CONCLUSIONS

En tenant compte des besoins des États membres de l’OCI, l’INMPI continuera à prendre une position active dans toutes les activités connexes de normalisation, de métrologie et d’accréditation en plus de l’évaluation de la conformité. L’INMPI vise à développer des normes communes qui sont appliquées à travers l’ensemble de l’OCI comme un marché unique qui aidera à assurer la protection des consommateurs, faciliter le commerce transfrontalier, assurer l’interopérabilité des produits, encourager l’innovation et le développement technologique, inclure la protection de l’environnement et permettre aux entreprises de se développer.

Tout en faisant cela, l’Institut se concentrera sur l’amélioration technique et le renforcement des capacités et de jouer un rôle directeur pour guider l’investissement sur les laboratoires etc. et la distribution égale des plans mentionnés dans les États membres de l’OCI.

L’INMPI doit être soutenu d’une manière afin qu’il puisse prendre une position active dans toutes les activités de normalisation, de métrologie et d’accréditation, en plus de l’évaluation de la conformité, en mettant l’accent sur le renforcement des capacités, la formation, etc. en tenant compte des besoins des États membres de l’OCI.


Il favorise l’économie de l’OCI dans le commerce mondial, le bien-être de la communauté musulmane et l’environnement en fournissant une plate-forme pour le développement des normes de l’OCI / INMPI et d’autres spécifications techniques dans un large éventail de secteurs. -contre les normes OIC / INMPI– les organisations qui effectuent des services d’évaluation tels que la certification, la vérification, l’inspection, le test et l’étalonnage.

Il travaille sur tous les éléments de l’infrastructure de qualité comme la normalisation, la métrologie et l’accréditation priorisant les besoins des États membres de l’OCI.

Il continue à travailler en étroite collaboration avec les institutions de l’OCI, qui ont des mandats variés dans les domaines de l’industrie, de la science et de la technologie, du développement économique, etc.