TRAINING EN BANQUE, ET MICROFINANCE ISLAMIQUE

2 JOURS DE TRAINING EN BANQUE ET MICROFINANCE ISLAMIQUE

Après le forum sur l’assurance islamique, va s’en suivre deux jours de formations en banque et Micro finance islamique les 05 et 06 mai 2017 dans la salle de conférence du BRIDGE de l’Hôtel Sawa. Étaient présent les représentants du ministère des finances du Cameroun et de la République Centrafricaine, les acteurs du secteur bancaire et de la Microfinance du marché camerounais, ainsi que les médias.


A- Les activités de la journée du 05 Mai 2017

Cette journée marque le début de la formation en Banque et Microfinance islamique. On note la présence d’une forte délégation de la Direction de la Microfinance du Ministère des finances du Cameroun, la participation du Ministère des finances de la République Centrafricaine, une délégation du Crédit Foncier du Cameroun, une délégation de Afriland First Bank, une délégation du Crédit Communautaire d’Afrique, des établissements de microfinance tels : crédit du sahel, Pan-African Savings and Loans et des hommes d’affaires camerounais.

Les principaux thèmes développés portaient sur la compréhension de l’économie islamique en général, avec un accent sur les marchés financiers islamiques, l’évolution de l’industrie bancaire islamique, les différents types d’obligations islamique ou SUKUK (emprunt obligataire islamique) et la gestion des risques dans le secteur de la banque islamique. Cette journée se solde sur ces points, et rendez-vous est pris pour la suite le lendemain.


B- Les activités de la journée du 06 Mai 2017

Le séminaire commence vers 10 heures avec les rappels de la session de la veille. Le thème traité par la suite était basé les sources de l’implantation de la finance islamique qui se reposent principalement l’adossement sur les actifs tangibles. Il existe des produits sur le marché bancaire camerounais qui s’apparentes à ceux de la finance islamique notamment par l’adossement sur des actifs tangibles mais les structures les promouvant devront opérer des ajustements dans les mécanismes opérationnels pour les rendre totalement sharia compatible. En effet, la présence notamment des intérêts, des pénalités de retard et autres mécanismes de la finance classique rend ces produits non attractifs pour une bonne catégorie de clients potentiels qui se sentent exclus du fait des arguments religieux ou du caractère injuste et contraignant de la banque classique du point de vue économique. La pause-café est intervenue à la suite de ces échanges.

De retour en salle, le séminaire s’est poursuivi avec la présentation des règles générales de commerce. Les banques doivent adapter leurs produits à une réalité socio-économique. En finance islamique, la banque apparaît comme un partenaire pour mieux encadrer le client. La finance islamique est flexible et s’adapte dans tous les produits qui sont conformes à la Sharia. Ce thème a fait l’objet d’une discussion sur les inconvénients de la finance islamique. Ces inconvénients selon l’Expert, sont d’ordre subjectifs plus particulièrement à travers la désignation du concept, dont l’appellation finance

islamique fait penser à une discrimination ou à une stigmatisation d’un groupe ou d’une communauté religieuse. Sur ce point, les explications ont permis de comprendre que le vocable islamique vient de la source ou des fondements du système, mais que sa compréhension véritable devrait être orientée vers l’impact économique qu’il a sur les organisations et les populations, car la finance islamique est en réalité le financement de l’économie sociale.

La formation est arrivée à sa fin à 14 heures, suivi de la remise des Certificats de fin de formation et une photo de famille et des photos de groupes avec les différentes délégations. Les médias ont interviewé quelques participants afin d’avoir leurs avis sur le déroulement du séminaire.

La journée prend fin avec un dîner de clôture de l’African Islamic Banking and Finance Roadshow 2017 a restaurant White House de Bonapriso dans une ambiance très conviviale.